langues.

Hausse d’intérêt pour l’apprentissage du coréen et du japonais

Hausse d’intérêt pour l’apprentissage du coréen et du japonais

19/01/2022

Grâce aux jeux vidéo, aux animés/mangas, à la musique et aux films, la culture asiatique est devenue depuis quelques années, un véritable phénomène de pop culture dans notre société. Le groupe de musique "BTS", le film "Parasite" et la série "Squid Game" ont boosté l'apprentissage du coréen et du japonais.

Dans son rapport publié en 2021, The University of Council of Modern Languages révèle que les diplômes de langue coréenne et japonaise ont augmenté de manière significative entre 2012 et 2018. Les classes de coréen sont passées de 50 à 175 places et celles pour la langue japonaise ont augmenté de 71%. Les experts soulignent que les étudiants sont plus intéressés par le coréen que par le russe, et le japonais s'impose davantage face à l'italien. Les universités concernées par cette étude ont également constaté une augmentation de 19% en 2018 à 39% en 2020/2021 pour les cours proposant l'apprentissage du japonais et du coréen. Kazuki Morimoto, professeur de japonais à l'Université de Leeds, a déclaré à The Guardian qu'"Ils ont commencé à apprendre le japonais simplement, pour le plaisir, puis ils ont trouvé ça "amusant", alors ils veulent étudier plus sérieusement, soit en tant que diplôme, soit en tant que matière optionnelle.".

En dehors de l'apprentissage du japonais et du coréen, l'arabe et le chinois ont également connu un regain d'intérêt dans les universités, selon Emma Cayley de The University of Council of Modern Languages.

Source : metrotime.be - 01/01/2022

Un outil pédagogique pour les professeurs de langues

Un outil pédagogique pour les professeurs de langues

19/01/2022

YFU Bruxelles-Wallonie a préparé de nouveaux quiz en langues cibles (anglais-néerlandais et allemand). Ils sont mis gratuitement à la disposition de tous les enseignants en langues moyennant une simple inscription.

Cet outil pédagogique se veut ludique tant pour un travail en distanciel ou en classe (à condition de disposer d'un tableau blanc interactif).

Contact : dp@yfu-belgique.be

Le flamand reconnu par l’Education nationale en France depuis le 16 décembre

Le flamand reconnu par l’Education nationale en France depuis le 16 décembre

11/01/2022

En effet, dans le Nord de la France et plus particulièrement dans la région de Dunkerque, le flamand occidental était très répandu comme langue maternelle jusqu'au milieu du 20e siècle. Ce dialecte parlé encore aujourd'hui dans la Flandre française fait donc maintenant partie du patrimoine de la France et est reconnu comme langue régionale.

 Cela signifie que des cours de flamand pourront être donné dans les établissements primaire et secondaire dans les régions où il est parlé. C'est un pas en avant, sachant que d'autres langues régionales comme le basque, le breton, le catalan, le corse... ont déjà été reconnues en 2001.

Néanmoins, il reste encore à recruter un professeur, mettre sur pied un conseil académique des langues régionales, rédiger une convention Etat-région et créer un office public flamand occidental afin de préparer les contenues, la pédagogie. 

Source : RTBF.be - 09/01/2022


L’impact de la mobilité sur les jeunes francophones

L’impact de la mobilité sur les jeunes francophones

28/05/2021

Le Bureau International Jeunesse (BIJ) a commandité une étude sur l’impact des programmes d’échange ou de volontariat sur les jeunes Belges francophones.

Pendant une année, deux sociologues de l’UCLouvain (Margot Achard et Geoffrey Pleyers) ont rencontré 50 jeunes, individuellement et en groupe, pour analyser leur motivation à intégrer un programme d’échange ou de volontariat, ce qu’ils ont retiré de leur expérience, et les difficultés qu’ils ont pu rencontrer. Parmi ces 50 jeunes, la moitié étaient identifiés comme « ayant moins d’opportunités » : difficultés financières, milieu social à difficulté, en décrochage scolaire, etc. 

Les résultats révèlent que la mobilité a été très positive sur plusieurs plans : développement personnel et savoir être, éveil à la citoyenneté et à l’interculturalité, complémentarité avec l’apprentissage scolaire, développement de compétences pour aborder le marché de l’emploi. Les chercheurs soulignent également que pour les jeunes « ayant moins d’opportunités », ce sont des acquis qui n’auraient pas été forcément à leur portée sans cette expérience de mobilité. Ils insistent donc sur une communication différenciée et spécifique pour inclure ces jeunes qui n’ont pas forcément les opportunités d’intégrer ce type de programme. Pour ce faire, il est primordial de créer une collaboration avec des partenaires locaux et des organismes de jeunesse tels que les Compagnons bâtisseurs ou les Maisons de jeunes et de renforcer l’accompagnement du jeune. 

Sachant que l’Union européenne vient d’allouer près de 30 milliards d’euros dans ses programmes Erasmus+ et le Corps européen de solidarité pour la période 2021-2027, ces conclusions devront permettre au BIJ d’approfondir le travail d’accompagnement des jeunes qui souhaitent vivre une expérience de mobilité.

Source : l'Avenir - 27/05/2021

Une classe d’immersion trilingue à l’Athénée d’Anvaing

Une classe d’immersion trilingue à l’Athénée d’Anvaing

05/02/2021

A la rentrée prochaine, l’Athénée Royal Lucienne Tellier sera le premier établissement en Wallonie à proposer un enseignement secondaire trilingue : en français, néerlandais et anglais.

Déjà pionnière en matière d’enseignement en immersion, il y a une quinzaine d’années, elle répond rapidement au projet d’écoles multilingues lancé par deux universités, la VUB et l’ULB.

L’Athénée d’Anvaing a bénéficié d’une dérogation pour ouvrir cette section trilingue car la loi ne permet d’enseigner deux langues étrangères au cours du premier degré.

Trois jours après le début des inscriptions en secondaire, 11 enfants se sont déjà inscrits dans cette classe trilingue. La majorité d’entre eux étaient déjà inscrits en immersion en primaire. Un seul est complètement débutant.

3 catégories d’élèves

Cette nouvelle grille s’adresse aux élèves qui ont déjà suivi un enseignement en immersion en néerlandais ou en anglais mais aussi à ceux qui viennent de primaires classiques. Pour les débutants, les cours seront adaptés.

Des cours en français, néerlandais et anglais

Les élèves pourront suivre la moitié des cours en français (français, math, cours philosophiques, éducation sportive et artistique) et le reste sera donné en anglais (anglais, histoire, géographie) et en néerlandais (néerlandais, sciences et technologie).


Source : rtbf.be - 04/02/2012

SIEP.be, Service d'Information sur les Études et les Professions.
Ce site web utilise des cookies à des fins d'analyse ou d'expérience utilisateur. En savoir plus